LA FORESTERIE : UNE OPPORTUNITÉ POUR LES CRIS DU NORD-DU-QUÉBEC

Les Cris du Nord-du-Québec et l’industrie forestière se sont mobilisés autour de l’événement Travailler ensemble pour une foresterie durable; un événement rassembleur...

 

LA FORESTERIE : UNE OPPORTUNITÉ POUR LES CRIS DU NORD-DU-QUÉBEC 

Par :

Chantal Hamelin,

Secrétariat aux alliances économiques Nation Crie Abitibi-Témiscamingue

Marie Gosselin,

Conseil Cris-Québec sur la foresterie

 

Les Cris du Nord-du-Québec et l’industrie forestière se sont mobilisés autour de l’événement Travailler ensemble pour une foresterie durable; un événement rassembleur qui s’est tenu en mai 2014 à Val-d’Or.  L’objectif premier de ce rassemblement était de créer un climat favorable aux échanges sur des sujets comme l’emploi ou l’octroi de contrats dans le secteur forestier, le développement de partenariats et d’alliances stratégiques.

La concertation établie pour l’organisation de cette conférence entre le Conseil Cris-Québec sur la foresterie (CCQF), présidé par M. Albin Tremblay, et le Secrétariat aux alliances économiques Nation Crie Abitibi-Témiscamingue (SAENCAT), présidé par Dr. Ted Moses, O.Q., démontre un exemple concret de collaboration, de confiance mutuelle et d’engagement, lesquels doivent exister si l’on veut favoriser la présence d’une industrie forestière dynamique, prospère, durable et inclusive pour les communautés cries présentes sur le territoire de l’entente de la Paix des Braves.

L’approche par partenariat (Cris-non Cris) s’est accélérée sur le territoire suite à l’entente de la Paix des Braves.  Des partenariats ont ainsi vu le jour dans le transport aérien et terrestre, les télécommunications et l’hydro-électricité.  De même, plusieurs compagnies cries œuvrent maintenant dans les secteurs minier et forestier.  Ces alliances ont donné lieu à de nouvelles et meilleures façons de faire des affaires.  Pour les Cris du Nord-du-Québec, la Paix des Braves signifie maintenant une plus grande autonomie et une prise en charge accrue pour leur développement économique et communautaire.

La Nation crie du Québec est composée de plus de 18 000 personnes dont environ 16 000 vivent dans les neuf communautés cries du Nord-du-Québec.  Cinq des neuf communautés sont plus actives dans le secteur forestier, soit Mistissini, Oujé-Bougoumou, Waswanipi, Nemaska et Waskaganish.  Le secteur forestier suscite également de l’intérêt dans les autres communautés; par exemple, lors de la conférence, M. Eric House, un représentant de Chisasibi, a présenté l’intérêt de sa communauté à des projets de produits forestiers non ligneux et de biomasse.

L’implication des Cris dans le secteur forestier présente un défi et des opportunités de taille.  L’industrie forestière est un pilier économique important au Québec, souligne dans sa présentation M. André Tremblay, président du Conseil de l’industrie forestière du Québec.  Comptant plus de 60 000 emplois et effectuant un chiffre d’affaires de 15,8 G, nous avons un très grand besoin en main-d’œuvre, environ 10 000 emplois seront à combler d’ici les 5 prochaines années.  En contrepartie, l’explosion démographique des communautés cries est phénoménale. Plusieurs communautés cries veulent être à l’affût des opportunités afin de saisir les occasions d’affaires.  De nouvelles opportunités voient le jour.  Bien que les négociations sur le nouveau régime forestier adapté ne soient pas finalisées entre le Gouvernement de la nation crie et le Gouvernement du Québec, la saison forestière 2013-2014 a marquée le début de la collaboration entre le Ministère des Ressources naturelles et les Cris dans le soutien d’entreprises cries pour les travaux sylvicoles non commerciaux.  En préparation de la saison 2014-2015, une présentation sur les modalités de participation aux contrats d’aménagement forestier et de formation a été faite par M. Alexandre Paquet, directeur régional, Rexforêt, secteur Abitibi-Témiscamingue / Nord-du-Québec.

Les Cris veulent des retombées économiques locales et des projets durables porteurs pour leur avenir, mais il reste quand même des défis.  Dans son discours lors de la conférence, le Grand Chef des Cris Matthew Coon Come, nous explique: Le secteur forestier a connu des hauts et des bas dans l’Eeyou Istchee (territoire de la nation crie).  Après une période difficile dans les années 1980 et 1990, la Paix des Braves et le régime forestier adapté ont fait beaucoup pour concilier les pratiques forestières avec les activités traditionnelles des Cris d'Eeyou Istchee.  Ils ont montré que les opérations forestières durables sont possibles dans l’Eeyou Istchee.  Certains défis restent à relever, en particulier la création d'emplois et de contrats pour les Cris, l'approvisionnement en bois pour les entreprises cries et le litige Baril-Moses; d’ailleurs, aucun de ces défis n'est insurmontable.  En prenant exemple sur la Paix des Braves et l’accord sur la Gouvernance, si nous sommes déterminés à travailler ensemble pour trouver des solutions, nous allons réussir.  Et donc, en regardant vers l’avenir, nous sommes confiants que nous allons, en collaboration avec le Québec, les Jamésiens et l'industrie, assurer la viabilité du secteur forestier sur le territoire Eeyou Istchee Baie-James au profit non seulement des Cris, mais de la région et de l'ensemble du Québec.

Ce grand rassemblement, qui a été couronné de succès, a permis de démontrer l’ouverture des 150 participants et des 30 conférenciers prêts à travailler ensemble pour trouver des solutions à la création d'emplois et l’octroi de contrats et au développement d’une foresterie durable sur le vaste territoire de l’Abitibi-Témiscamingue Eeyou Istchee Baie-James.

Le Secrétariat aux alliances économiques Nation Crie Abitibi-Témiscamingue (SAENCAT) et le Conseil Cris-Québec sur la foresterie (CCQF) ont été créés suite à l’entente de la Paix des Braves, en 2002.

La mission du Secrétariat aux alliances économiques Nation Crie Abitibi-Témiscamingue est de développer des alliances économiques entre les Cris et la région de l’Abitibi-Témiscamingue dans un esprit de respect mutuel et de collaboration, et ce, afin de permettre un développement économique harmonieux pour les régions.  Il est possible d’accéder aux différentes présentations, photos et vidéo de la conférence sur le site web au : creenation-at.com, sous l’événement Travailler ensemble pour une foresterie durable.

 

Le mandat du Conseil Cris-Québec sur la foresterie est de permettre une consultation étroite des Cris lors des différentes étapes de planification et de gestion des activités forestières afin de mettre en œuvre le régime forestier adapté de la Paix des Braves. Pour en savoir davantage, visitez le www.ccqf-cqfb.ca.